Catégorie : A1

Gros plan sur le visage de Patrick Marut, propriétaire de la parcelle forestière dont la coupe rase a été bloquée.

« Je ne peux pas me mettre en porte-à-faux avec la filière »

Une coupe rase bloquée et un malaise grandissant dans la profession
04'25'' // Brève, février 2024

En quatre ans, une centaine d’hectares de forêt de feuillus sont partis en coupe rase autour de chez moi. Ce chantier-là, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase », dénonce Thibault, ingénieur et propriétaire forestier. Cet habitant de Sornac, en Corrèze, a bloqué une coupe rase d’une hêtraie, juste à côté de chez lui, le 14 février. Alors qu’il avait contacté la veille le propriétaire de la parcelle pour racheter le terrain, en vain, il justifie ce blocage comme « un cri du cœur ». Plusieurs membres du groupe forêt du Syndicat de la Montagne limousine sont venus...

Un groupe de personnes sont en train de parler dans une maison.

Un futur Emmaüs à Tarnac

Le projet pourrait s'étendre à Faux-la-Montagne et Felletin
02'57'' // Brève, février 2024

Comme disait l’abbé Pierre : Toi qui souffres, qui que tu sois : entre, dors, mange, reprends espoir, ici on t’aime. À Tarnac, un futur Emmaüs doit ouvrir ses portes d’ici à 2025. Les compagnes et compagnons seront logés dans une maison achetée par l’association Montagne Accueil Solidarités (MAS), à l’initiative du projet. L’objectif est de développer un service traiteur et de créer une conserverie, qui deviendront les piliers économiques de la communauté Emmaüs. À terme, le projet pourrait s’étendre sur un territoire plus large, avec des activités proposées à Faux-la-Montagne et Felletin, comme du maraîchage ou des ateliers de...

Gros plan sur une table de conférence. Une feuille indique "Antoine de Cockborne, président de Biosyl". Derrière, une chaise vide.

400 personnes à Guéret contre le projet d’usine à pellets

Le président de Biosyl décline l’invitation au débat contradictoire
03'04'' // Brève, janvier 2024

Plus de 400 personnes sont venues assister à un débat public autour de l’implantation d’une usine à pellets à Guéret. Le président de la société Biosyl, Antoine de Cockborne, ainsi que Éric Corréia, président de l’agglomération du Grand Guéret étaient invités à participer au débat mais ont décliné la proposition. D’autres membres de la filière bois ont également décliné l’invitation tels que Benoît Rachez, directeur d’Unisylva, Lionel Say, directeur de la CFBL, et Jean-Yves Le-Mahout, de l’ONF Limousin. Sans débat contradictoire, l’événement s’est transformé en plaidoyer populaire contre l’implantation de Biosyl à Guéret. Dans le même temps, la préfecture est...

Philippe Brugère, président du Parc naturel régional (PNR) de Millevaches, s'adresse aux journalistes.

Bois du Chat : le PNR de Millevaches obtient la fin du secret des affaires

Une première en France pour la transparence dans la gestion des forêts
04'33'' // Brève, janvier 2024

La « petite affaire » du Bois du Chat n’en finit pas de déborder du cadre géographique restreint auquel elle aurait pu rester cantonnée. Cette parcelle de feuillus sur la commune de Tarnac en Corrèze était vouée à la coupe rase, mais un collectif de voisins a entrepris de la défendre avec opiniâtreté depuis l’automne 2022. Après la couverture médiatique nationale du conflit qui en a émergé, une manifestation de la filière bois en faveur de la coupe, l’intervention d’élus d’un côté et de l’autre, voilà maintenant qu’elle crée un précédent pour l’ensemble des forêts privées de France. Le 11 janvier dernier...

Un homme d'une quarantaine d'années parle, attablé dans une réunion. En surimpression : FargeBois, 13 hectares pour la plus grosse scierie de France / « Les uns regretteront les forêts, les autres les scieries »

« Les uns regretteront les forêts, les autres les scieries »

13 hectares pour la plus grosse scierie de France
04'07'' // Brève, octobre 2023

Dix mois après la première manifestation contre l’extension de FargesBois à Égletons, la Communauté de communes de Ventadour-Égletons-Monédières a voté la vente de 13 hectares de terres agricoles au géant de la filière. L’objectif : doubler la production et devenir la plus grande scierie de France. 40 à 50 personnes sont venues manifester leur soutien aux quelques membres du Conseil communautaire qui défendent un modèle sylvicole et économique durable. Source des chiffres cités en fin de brève : La scierie française à l’horizon 2025, Le bois international n°35, 19 octobre 2019.